Je ne suis pas moine

Publié le par Martin Greere

       Je n'ai pas encore mangé, juste un peu de confiote sur un bout de baguette, qui était rassit à l'achat, ramollie dans un café bien corsé accompagné d'un verre d'eau et d'un soleil à peine voilé. C'est beau les jours fériés. Certes en 45, il devait être plus beau encore.
       Je n'ai pas encore mangé aussi du fait que je me suis étiré il y a peu, il faut dire que hier soir j'ai bien remplie ma vessie, j'ai même palabré un brin en espagnol, comme quoi en six heures on retient des choses.
       Je n'ai pas encore mangé et pourtant sa tonne et résonne déjà, si les plantes avaient des oreilles, celle dont je m'occupe, par pure sympathie envers le bipède féminin qu'est ma colocataire, serait sourde.

       Hier soir, dans un bar. Je n'essaie même pas de mentir en inventant que j'ai dormi comme un loir. Donc hier, après une dure journée de labeur, un petit réconfort gastronomique ressemblant étrangement à une pizza au chèvre accompagnée d'une bibine, le programme télé ne m'inspirant pas des masses, mes pieds équipés de magnifiques chaussette et de baskets me trimbalèrent jusqu'au bar, les bougres!

       En parlant de ça, je me souviens quand j'ai été acheter des baskets, en fait je cherchais les même que j'avais déjà et qui se faisaient vieilles, et vu que le lacet avait cassé, les remplacer devint une priorité indéniable, après avoir écumer une dizaine de magasin de chaussure, je tombai nez à nez avec le Saint Graal estampillé Adidas, je n'ai jamais marché que un nuage, mais ça y ressemblait, une sensation de légèreté et de douceur intense firent secréter de l'endorphine à mon hypothalamus.
       Ce souvenir, me renvoie à un autre, où je me retrouve transformé en pilier accoudé à un bar, pestant intérieurement d'avoir oublié mon savon qui m'aurait été fort utile, mon interlocuteur me lavant de postillons, pour me narrer une histoire aussi inutile que les miennes, sur des chaussures à 300 €, car selon lui dans la vie l'essentiel est de ne pas avoir mal au pied, le reste est secondaire. C'est un point de vue.


       Bref, revenons à l'histoire principale, car j'ai des pieds mélomanes qui me conduisent là où il y a de la musique, en fait c'est un 5C, Cyber-Café-Coiffure-Concerts-Culture, j'invente pas c'est écrit sur le programme. Un quintette équilibriste perché sur un embryon d'estrade - j'ai déjà vu plus petit - assure le spectacle, et un public encore sobre l'applaudit. C'est tôt, à peine 22h. Petite description sur le papier "pop rock blues", ça m'a étrangement fait penser à la playlist de Rire&Chansons. Ca joue, ça boit, ça applaudit, ça papote.
Par contre le problème, les gens y viennent surtout esgourder de la musique, dès que le groupe à la gorge sèche et s'arrête, un vent de panique entraîne les spectateurs au dehors, même si c'est pour se geler les miches, et petit à petit ils s'en vont sans doute rejoindre Morphée, ou baiser.

       Profitant de ce long week end pour me pochtronner un petit coup, je taillais la bavette avec la barwoman, et j'arrive enfin au sujet de mon article. Donc nous discutions de je ne sais trop quoi, musique, vacances, ou voyages, pendant que de ses deux mains elle nettoyait la machine à café - oui, les femmes savent faire deux choses à la fois - un client vint la troubler en lui demandant une boisson hautement désaltérante. Une fois la commande passée, elle me regarda perdu dans son esprit "Je faisais quoi déjà?....Ah oui je nettoyais.", et reprenant son activité armée de son éponge elle me tint à peu près ce langage en souriant "Ta tête ma inspirée."

Publié dans Nuit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
nienvenu a la confrerei des paresseux XDet merci pour le com
Répondre
A
"après avoir fait revenir des oignons avec des poivrons rouge, j'y ai ajouté quelques courgettes et de la viande hachée, le tout relevé d'un brin de romarin, thym et poivre, pour finalement accompagner hamonieusement du riz."Wouha, ça m'donne faim tiens ! Oui, la cuisine, quand on a le temps, c'est un grand plaisir ! Mais voilà, toujours pressé par le boulot etc...Et puis, c'est toujours très gratifiant de manger ce qu'on a fait de nos propres mains ! surtout quand c'est bon ! Merci encore pour le commentaire, et POUF ! ton blog en favoris chez moi !
Répondre
M
<br /> Faut prendre le temps de temps en temps, le mieux c'est le Bouillasse Sound System, ou la préparation de tapas avec du gros son qui déchire dans l'appart<br /> ^^<br /> <br /> Merci ^^<br /> <br /> <br />