Le GPCFFRT

Publié le par Martin Greere

      Bon, comme vous le voyez, je suis pas content aujourd'hui, cela fait un bon moment que j'en ai (soyons cru) plein le cul. De plus en plus d'émissions sont accros, et veulent nous convertir, non pas à une religion quelqueconque, mais à la pire secte qui existe en ce moment même et que vous voyez progresser sous vos yeux!

Je pense que vous savez qui ils sont, ce qu'ils font, mais comme tout le monde, vous avez peur de cette secte sous-terraine. Mais pour vous aider à sortir de votre torpeur, je crée aujourd'hui, sous vos yeux, Mesdames et Messieurs, voici le GPCFFRT ou le Groupuscule Provencale Contre les Faux Fous Rire Télévisuel.

Il y en a marre d'entre des "AhAhAh" alors que quelqu'un dit "Bonjour", ouvre une enveloppe ou la porte. Dénaturer le rire, en faire une marchandise payée par la redevance et les pub est une chose tout à fait ignoble, inhumaine, et même génocidaire.
Oui cela ressemble à un génocide, car les faux rires remplacent déjà depuis un moment les spectateurs muets, maintenant ils sont même utilisés dans des émissions de "divertissement humoristique" alors que sont présents des gens, qui naturellement ne rient pas lorsqu'il n'y a pas à le faire, contrairement aux faux rires.

Je me rappel d'une émission cet été, sacrément foireuse, présentée par Becaro, sur France 2, il me semble que c'était "Le zapping de l'humour" ou un titre aguicheur du genre...Bref, il y avait deux invités, dont une qui parlait d'une personne qui était morte, certes il y a écrit "humour" dans le titre de l'émission, mais balancer un faux rire sur le "bien qu'il nous ait quitté", je trouve ça d'un mauvais goût.
C'est comme, si au moment de l'orgasme l'autre vous sort sèchement "T'es un mauvais coup toi!", la quequette, le zgeg, le quiqui, le vier, ou je ne sais quel nom (pour le sexe masculin) se sent d'un coup comme seul, oublié, rejeté.

Voyez la cruauté de ces faux fous rires!!

Si on a plus besoin de l'homme pour les rires, à quoi allons nous servir? Je vis pour rire, et non pas pour entendre une boîte à rire sinistre, comme la boîte à musique d'Indochine des années 80.

Le rire n'est rien sans la vie, mais aussi la vie sans rire n'est rien!

Publié dans Flai

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article