Anatomie - 4 -

Publié le par Martin Greere

Anatomie : c'est un jeu d'enfant.

        C'est avec beaucoup d'émoi que j'écris ce quatrième chapitre, car depuis la dernière fois, ça prouve que j'ai enfin un peu de temps pour écrire plus de dix lignes.
Il y a un mois (oui déjà...), le coude avait retenu mon attention, j'ai reçu des milliers de mails (multiplié par zéro) de colère, de frustration, ou de déclaration d'amour, me réclamant de disséquer d'autres parties du corps. Je peux donc enfin réaliser mon (votre?) rêve.

Cette rubrique sera donc aujourd'hui consacrée, à une articulation (oui, il en reste un beau paquet), qui est en générale de paire. Certains lui donnent le doux nom de "mal du siècle", il arrive qu'on le qualifie de "caïeux".
Les vifs l'auront reconnu, les mouligas sans doute aussi. Sans plus attendre, parlons du genou!




        Quand on le voit, on se dit "Ouais bon et alors, j'en ai aussi", mais maintenant, regardez le avec l'oeil le plus critique que vous ayez (le gauche ou le droit, comme vous voulez), et pensez que les trois quart des gens auront mal au dos ou au genoux dans leur vie.

Je ne sais pas si c'est humain, mais les gens se plaignent tout le temps, quand ils ont mal aux genoux, ou quand ils n'en ont pas, pourtant dans le cas présent, les culs-de-jatte devraient louer le Seigneur, d'avoir été réduit. Manquerais plus qu'ils écoutent du reggae, et ils seraient vraiment très cool, en skate, pouvant gruger à la caisse...Le rêve.
Bien entendu, il s'agit ici d'un choix cornélien, vivre sans douleur relève de choix bouleversants. Manchot ou cul-de-jatte, le prix du pantalon contre celui d'une chemise, peloter des tété ou courir dans les vertes prairies... Il y a de grandes similitudes avec l'achat d'une voiture, diesel ou essence, cuire ou sky, Renault ou Peugeot...
Par conséquent la vie se résume à l'achat d'une voiture.

Bien que aujourd'hui on puisse devenir bionique, lèvres, seins, fesses, chatte siliconés, lentilles de couleurs, allongement de l'objet de désire numéro un des dames, tatouage à la mode tribal (pas les King...), classique, ou camp-de-concentrationiste, greffe du visage, des bras, des poils-de-cul-cheveux... Bref bientôt le cerveau.
Je propose donc une simple rotule en carbone si la votre vous fait souffrir, vous verrez ainsi le monde sous le même angle.

Bizarrement, je ne m'explique pas que les cicatrices de guerre de cours de récré obtenues minot disparaissent avec le temps, alors que celles eu plus tard restent.


Le genou fera l'objet de recherches bien plus abouties ultérieurement.
Dans le prochain numéro nous parlerons donc d'une autre partie de notre anatomie.
D'ici là amusez vous bien^^ 



Publié dans Anatomie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Je ne suis donc pas très originale avec mes problèmes de genoux...Bisous!
Répondre
M
Ah moins que tu ais un "osgood schlatter" (si si ça existe)